L’agriculture biodynamique au service de la biodiversité
    BiodynamiqueOrigineContextePratique

    L’agriculture biodynamique au service de la biodiversité

    Au cours des dernières années, le vin étiqueté « biodynamique » a gagné en popularité dans les rayons vinicoles des magasins. Cette appellation ferait référence à une pratique agricole plus respectueuse de la biodiversité. Découvrez dans cet article la biodynamie et ses secrets.

    Lisez
    18/04/2024De Fiorila Hell
    48 Vues
    18/04/2024De Fiorila Hell
    48 Vues

    Les principes fondamentaux de l’agriculture biodynamique

    Lagriculture biodynamique est une approche agricole holistique et régénérative, actuellement certifiée par le label Demeter International. Conformément à ses directives, une exploitation agricole biodynamique vise à replacer l’animal et la plante au sein d’un écosystème sain et fonctionnel. Ces fermes doivent s’intégrer harmonieusement dans leur environnement, s’appuyant sur la biodiversité locale pour maintenir l’équilibre naturel de l’exploitation. En résultent des domaines agricoles quasi-autonomes qui incarnent les principes de l’économie circulaire. La biodynamie, fruit d’un ensemble de savoirs traditionnels et de techniques spécifiques, est enrichie au fil du temps par l’expérience des cultivateurs qui la pratiquent. Ceux-ci jouent un rôle essentiel dans l’expérimentation et la transmission des connaissances de cette pratique évolutive.

    champs agricole polyculture

    Une origine controversée

    La biodynamie a été conceptualisée en 1924 par Rudolf Steiner, un philosophe autrichien du XXe siècle, sujet de nombreuses controverses. Parmi celles-ci, la dimension dite « occulte » de ses fondements. En effet, Steiner préconisait l’utilisation de préparations mystérieuses à base de plantes et de composantes animales qui lui avaient été communiquées par son intuition, à utiliser dans la ferme selon le calendrier lunaire. Au fil du temps, les pratiques biodynamiques ont évoluées et Demeter, le label indépendant certifiant l’agriculture biodynamique, développe régulièrement ses critères pour s’adapter aux conditions de l’époque.

    carnet, plantes séchées et bougie
    3Bee

    Le contexte agricole actuel

    Alors que le dérèglement climatique s’intensifie, l’agriculture industrielle est décriée pour son lourd impact environnemental. Selon la Food and Agriculture Organization (FAO) de l’ONU, les systèmes agroalimentaires sont responsables de 30% des émissions globales de gaz à effet de serre. En plus de contribuer au changement climatique, les agriculteurs subissent les conséquences de celui-ci en faisant face à un nombre croissant de phénomènes météorologiques sévères tels que des inondations, des sècheresses ou des incendies. Malgré les controverses sur son origine, l’agriculture biodynamique séduit de plus en plus de cultivateurs en recherche d’une pratique raisonnée, durable et résiliente. Les piliers de cette approche holistique sont le respect du sol, de l’animal, de la plante et de l’humain impliqué dans l’exploitation.

    tracteur

    De la théorie à la pratique

    Concrètement, comment pratiquer l’agriculture biodynamique ? Il s’agit d’abord de préciser que la certification bio est un prérequis de la certification biodynamique Demeter. Comme dans l’agriculture biologique, les intrants sont strictement contrôlés, avec une limitation des apports en cuivre et en souffre, une interdiction des OGM, des produits phytosanitaires (pesticides et herbicides) et des engrais chimiques. Ces intrants conduisent habituellement à la pollution des eaux, des sols et à la fragilisation de la biodiversité locale. Outre ces principes de base, la biodynamie repose sur l’utilisation de préparations végétales fermentées à base de plantes locales telles que l’ortie, la camomille ou la prêle mélangées à de la poudre de corne de vache ou de la silice de corne. La certification biodynamique impose une pulvérisation de chacune de ces préparations sur le compost, le fumier ou les feuilles des plants au minimum une fois par an.

    cornes de vache et compost
    3Bee

    Le sol, habitat d’une biodiversité cruciale à l’agriculture

    La santé du sol est primordiale en biodynamie. Le sol est considéré en bonne santé s’il est riche en humus et en micro-organismes. Les travaux de la microbiologiste Dr Ingham démontrent qu’un sol de qualité regorge d'une biodiversité foisonnante composée de bactéries, champignons, vers de terre, insectes et autres micro-organismes formant le « réseau trophique du sol ». Des études suggèrent qu’une pratique agricole biodynamique augmente les matières organiques et biologiques qui constituent ce réseau trophique. Celui-ci participe au renforcement du terroir et offre aux plantations une meilleure résistance aux maladies et aux évènements climatiques sévères comme les sècheresses qui s’intensifient d’année en année en Europe.

    vers de terre

    La viticulture biodynamique

    Traditionnellement, la pratique agricole biodynamique promeut la polyculture en rotation. La diversité du paysage dans l’écosystème d’une ferme est centrale à la philosophie biodynamique. Pourtant, la culture des vignes est le domaine le plus représenté dans les fermes certifiées Demeter avec 700 domaines viticoles français en 2022, l’équivalent de presque 14 000 hectares de vignes. La viticulture est une monoculture pérenne, ce qui veut dire qu’elle n’a qu’une espèce végétale et que celle-ci n’a besoin d’être plantée qu’une seule fois. Ces spécificités lui valent son propre cahier des charges Demeter, comprenant les exigences spécifiques aux vignes ainsi qu’à la fabrication du vin biodynamique. Toutefois, les principes de pulvérisation, la certification bio et les interdictions d’utilisation de produits chimiques restent les mêmes que pour les autres domaines d’exploitation.

    grappes de raisin

    Des zones pour la faune et la flore

    Toutes les exploitations certifiées biodynamiques doivent dédier au moins 10% de la surface agricole du domaine à une « zone de réserve de biodiversité ». L’intérêt de ces zones est non seulement d’enrichir la diversité de la flore d’une exploitation, mais également de fournir un habitat pour la faune qui vient s’y réfugier. L’urbanisation fragmente les habitats naturels de la faune locale qui a besoin d’espace, plus ou moins vaste, pour maintenir ses effectifs de survie. Une zone de biodiversité sert de « corridors » aux populations animales et végétales locales en leur offrant un espace d’épanouissement ininterrompu. Des insectes, des oiseaux et des batraciens viennent investir les diverses zones de biodiversité mises en place par chaque exploitant. Elles peuvent prendre la forme de cours d’eau, d’étangs, de surfaces boisées, de champs légèrement pâturés ou de haies.

    guêpes dans les vignes

    La biodiversité dans les vignes

    Pour compenser l’aspect monocultural des vignes, la biodynamie impose aux viticulteurs des inter-rangs d’enherbement. La mise en place de rangs d’enherbement, aussi appelés couverture végétale, augmente les populations de la biodiversité du sol, en particulier les vers de terre, qui aèrent la terre et enrichissent la qualité du terroir. La couverture végétale peut être composée de plantes mellifères qui attirent les insectes pollinisateurs, de plantes aromatiques ou de plantes aux bénéfices spécifiques pour le sol. De plus, les cultivateurs biodynamiques sont activement encouragés à installer des nichoirs, talus, murets ou ruches pour attirer la faune sauvage. Les vignes biodynamiques deviennent un écosystème riche en biodiversité qui s’autorégule.

    rang d'enherbement dans des vignes

    Des résultats prouvés grâce à la technologie

    Ces pratiques agricoles régénératives font leurs preuves de façon mesurable avec des outils de surveillance de la biodiversité tel que L’Element-E de 3Bee. Mêlant technologie avancée avec recherche scientifique pointilleuse, l’Element-E permet de mesurer de façon quantitative l’impact de l’agriculture régénérative sur la biodiversité locale. Cette technologie, en collaboration avec des instituts de recherche scientifique prestigieux, facilite une surveillance méticuleuse en quatre temps. L’évaluation de l’état d’un site, l’identification d’actions concrètes de régénération à mettre en place, la communication des résultats sur la plateforme digitale dédiée qui certifie l’utilisation du protocole et la préparation du rapport ESG sur la biodiversité, en accord avec les normes internationales. Cet outil innovant a déjà identifié plusieurs oasis de biodiversité en Europe où il encourage l’adoption de pratiques agricoles durables.

    technologie et agriculture

    Une pratique aux nombreux avantages

    Malgré les controverses qui existent autour de l’origine de la biodynamie, celle-ci semble présenter de nombreux avantages en matière d’écologie et de sécurité alimentaire. La stratégie du European Green Deal est d’atteindre les 25% de la surface agricole européenne en exploitation biologique avant 2030, pour répondre aux défis agronomiques contemporains. L’agriculture biodynamique, en constante évolution, offre aux agriculteurs intéressés une pratique biologique surenchérie par des procédés de soin envers la biodiversité, la terre et l’humain. En effet, le cahier des charges de Demeter impose également une charte de responsabilité sociale et sociétale qui vise à protéger l’intégrité et les droits de chaque personne travaillant sur une exploitation biodynamique. Cette pratique permet aux exploitants agricoles de faire face au changement climatique avec plus de résilience, de respect envers la nature et d’intégrité.

    abeille sur raisin
    18/04/2024De Fiorila Hell
    48 Vues
    Autres actualités

    Vous pourriez être intéressé

    Newsletter
    newsletter
    Inscrivez-vous au blog sur les abeilles et la biodiversité

    Questions Fréquentes

    Vous avez des questions ou des curiosités sur cet article ? Vous trouverez ici des éléments de réponse